Accueil » Arts et culture, Balades en famille, Histoire et culture régionale, Insolite, Patrimoine

DARNEY, l’énigme du clocher

Ecrit par 17 mai 2011 aucun commentaire

Sous le titre « Quesaco ? », une énigme a été proposée aux blogueurs de Lorraine de Cœur. Ceux-ci n’ont pas tardé à découvrir qu’il s’agissait du clocher de la ville de Darney, dans les Vosges du Sud.
Il restait à connaître la raison pour laquelle le clocher porte, de manière très visible, l’inscription républicaine de « Liberté – Égalité – Fraternité ».

Le Syndicat d’Initiative de la ville a eu la bonne idée de placer à l’extérieur de l’église une explication qui donne le reflet de ce que furent les luttes religieuses au moment de la séparation des Églises et de l’État. Qu’on en juge.

pict0144-800x600

Darney possède bien d’autres trésors historiques allant des premières occupations humaines proto-historiques, en passant par la civilisation gallo-romaine et jusqu’à nos jours où, berceau de la Tchécoslovaquie après la Première Guerre mondiale, la ville connaît une renommée qui dépasse très largement ce petit coin de Lorraine souvent oublié des grands axes …

La lecture du document photographique pouvant être éprouvante, en voici la transcription :

« Église collégiale et paroissiale.

- Construction de l’église. Au début du XVIII° siècle, Darney commence seulement à se remettre des ravages de la Guerre de Trente Ans, au point qu’à cette époque, on ne dénombre qu’une quinzaine de foyers. La ville comprend alors une petite église collégiale, à côté du château, et une église paroissiale à cet emplacement. En 1760, la population est passée de 15 à 145 foyers ; se construisent un hôpital, le couvent des Récollets et l’hôtel de ville sur les ruines du château. Quant aux deux églises citées plus haut, elles tombent toutes deux en ruines.

A partir de 1760, les autorités civiles et religieuses s’affrontent pour décider de reconstruire une ou deux églises et convenir de leur emplacement. Après de difficiles négociations, une seule église regroupant collégiale et paroissiale sera reconstruite à l’emplacement de la plus grande. Les travaux commencent en 1768 et se terminent en 1789, avec une interruption de six années. La première messe est dite le 29 avril 1789.

- Architecture de l’église. L’aspect extérieur est sobre. les contreforts, destinés à maintenir la poussée de la voûte, sont de style roman et couronnés de volutes. Ils alternent avec des murs percés d’ouverture(s) en plein cintre. Le porche est surmonté d’un fronton soutenu par des colonnes de style dorique.

- Note concernant le panneau « LIBERTÉ ÉGALITÉ FRATERNITÉ. 1902 à 1905 : la France est dirigée par le Ministère Combes qui s’est fait le champion d’une politique anticléricale en faisant voter la loi de séparation de l’Église et de l’État.

1908 : à Darney, la municipalité se compose d’une équipe également anticléricale avec à sa tête, un maire radical qui ne cesse de provoquer le milieu catholique (faisant sonner les cloches de Vendredi saint et, ce même jour, organisant un « banquet gras » ; un autre jour, remontant de nuit les cordes des cloches, et changeant la serrure de la porte donnant accès au clocher, pour que le curé de la paroisse ne puisse sonner l’angélus, etc…).

1908 : cette municipalité prend une heureuse initiative en changeant l’horloge datant de plus d’une siècle et en profitant de cette occasion pour placer trois cadrans, au lieu d’un seul, à hauteur des arcs en plein cintre du clocher, ce qui permettait de voir l’heure de plus loin et en de nombreux endroits.

L’ancien cadran laissant une place libre, notre maire radical ne pu(t) s’empêcher de le remplacer par ce panneau portant l’inscription ;

« RÉPUBLIQUE FRANÇAISE – LIBERTÉ ÉGALITÉ FRATERNITÉ »

Marquant ainsi au vu de tous que le bâtiment était propriété de l’État et non du clergé. Ce panneau a été rafraîchi lors du Bicentenaire de l’église célébré en 1989. »

On peut difficilement parler au propre d’une « querelle de clochers », pourtant, tous les éléments en sont présent. J’ai trouvé cette péripétie de la vie d’une petite agglomération tout-à-fait symptomatique d’une certaine période de l’Histoire de notre pays. Je me suis plu à en partager un des aspects …

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

Laissez votre commentaire !

» Ajoutez votre photo à côté de votre commentaire! Pour enregistrer votre "avatar", cliquez ici.