Accueil » Arts et culture, Des Lorrains remarquables!

Tous les soleils : un film qui rend heureux

Ecrit par 13 mai 2011 4 commentaires

Affiche du film "Tous les Soleils"Philippe Claudel a été brièvement évoqué sur ce blog, notamment par sa présence au Livre sur la Place de Nancy. C’est un écrivain, désormais reconnu, dont j’aime particulièrement le style, et qui ne manque jamais de rappeler ses attaches lorraines, région dans laquelle il vit toujours. J’ai déjà eu l’occasion de l’écouter avec bonheur à Pont-à-Mousson il y a quelques années, et à Metz récemment, l’homme reste simple et abordable. Nous pourrions parler des heures de la richesse linguistique et de la densité des personnages de ses livres, mais restons dans l’actualité, c’est le réalisateur que je viens de découvrir.

Philippe Claudel avait déjà réalisé avec succès « Il y a longtemps que je t’aime » en 2008. Le 30 mars 2011, est sorti son nouveau film « Tous les soleils », une comédie, ce qui semble atypique dans l’oeuvre de Claudel. Le héros, Alessandro (Stefano Accorsi) , est un quadra italien , prof à la fac de Strasbourg, qui vit avec sa fille de 15 ans, et son frère, gentiment fêlé, anarchiste italien qui a juré de ne plus pratiquer sa langue natale ni sortir de l’appartement tant que Berlusconi serait au pouvoir. On comprend assez vite que l’épouse d’Alessandro est morte jeune, et qu’il a recentré sa vie sur sa fille, ses amis (nombreux et sympas) et la musique, au détriment de sa vie sentimentale.

Tous les soleils : une comédie ?

On retrouve des thèmes chers à Claudel l’écrivain (disparition de la femme, deuil, un homme qui vient d’ailleurs, engagement auprès des autres [le héros est lecteur en unité de soins palliatifs]). Mais alors, me direz-vous, c’est une comédie ? Hé bien oui, et cela fonctionne parfaitement. Dialogues et situations sont à la fois tendres et comiques pour encourager notre héros à surmonter son deuil et à trouver le bonheur. Le personnage du frère a évidemment un rôle non négligeable dans le potentiel comique du film.

J’ai beaucoup aimé être plongée dans cette histoire dont les personnages sont sympathiques, la ville de Strasbourg magnifiquement filmée, et où l’on rit spontanément. C’est un film dont on ressort de la salle heureux. N’hésitez pas à profiter du week-end pour aller le voir. Il est encore à l’affiche dans les Caméos de Metz et de Nancy, et dans d’autres salles lorraines.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

4 commentaires »

  • Jérôme écrit :

    Un film rafraîchissant !
    Et la Lorraine y est bien présente. Si, si, outre le prieuré de Froville, vous y apercevrez aussi le magnifique escalier de la MJC Lillebonne à Nancy !
    On voit que Claudel s’est vraiment fait plaisir avec ce film, le truffant, ça et là, de petites références à des objets et à des lieux qu’il aime…

  • Sophie Metz écrit :

    Ph. Claudel reçoit des éloges mérités pour ce film.

    Comme dans « Il y a longtemps que je t’aime », tourné à Nancy, les références lorraines sont nombreuses : l’escalier du musée des Beaux-arts, l’Excelsior, le peintre Friant… etc…

    Une seconde carrière ?

  • françoise Bar le Duc écrit :

    « Tous les soleils » nous en met plein les yeux et encore plein d’émotion dans ce fim de Philippe Claudel. Très personnes très présents et plein d’enthousiame ! mm les petits rôles sont importants et convainquants … j’ai adoré !
    les feux frères sont percutants et la chute … pleine d’émotion forte forte forte !
    merci Philippe Claudel et les acteurs !

  • Marie-Claire écrit :

    Je suis désolée si je jette un peu d’eau froide sur ce soleil qui ne m’a pas enchantée. J’en attendais sans doute trop. J’avais tellement apprécié Il y a longtemps que je t’aime que j’avais placé la barre à la même hauteur.

    J’apprécie beaucoup Philippe Claudel, et j’avais parlé de son livre l’Enquête début septembre
    (http://abrideabattue.blogspot.com/2010/09/plippe-claudel-et-kuperman.html)
    Je l’ai rencontré ensuite au Salon du livre sur la Place et il m’avait prévenu que son film changeait radicalement de style. Il aime surprendre, pourquoi pas. Le générique m’a agacée. J’ai vécu assez longtemps à Strasbourg pour voir que le trajet du héros à mobylette est totalement ridicule. Il tourne trois fois autour de son quartier avant de rentrer chez lui. Erreur de montage sans doute mais Philippe Claudel nous avait (déjà) habitué à mieux. Beaucoup d’autres choses m’ont déçues. J’en ferai une critique approfondie bientôt, en donnant aussi la parole à quelqu’un qui a adoré.

    D’ici là je vous incite à aller voir Midnight à Paris où la capitale est filmé amoureusement. Quelqu’un a-t-il les coordonnées de Woody pour qu’il vienne planter ses caméras en Lorraine ?

Laissez votre commentaire !

» Ajoutez votre photo à côté de votre commentaire! Pour enregistrer votre "avatar", cliquez ici.