Accueil » Billets d'hum(o)ur, En plein air, Histoire et culture régionale, Insolite, Patrimoine

caricature mystère

Ecrit par 1 février 2012 14 commentaires

Cette caricature est très ancienne…

À vous de jouer à ce petit qui, quoi, donc, où et quand ?

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

14 commentaires »

  • helene écrit :

    un religieux à la chapelle des cordeliers??

  • François (auteur du billet) écrit :

    c’est effectivement un cordelier… simiesque ;-)

  • jean claude écrit :

    bravo à Hélène

    voila ce que dit Henri Lepage de ce cordelier:

    « Tout le monde connaît l’anecdote qui a donné lieu à la figure originale du singe habillé en moine, dont la statue mutilée se voit encore audessus de cette porte, vêtue du capuce et du scapulaire, et tenant un livre d’une main sur son genou. Le sculpteur qui travaillait au portail, voulant se venger d’un cordelier qui plaisantait son ouvrage, le métamorphosa ainsi en singe. »
    Histoire de Nancy Henri Lepage 1838

  • MamLéa écrit :

    Tout le monde : c’est vite dit, Jean-Claude ! ;-D
    C’est amusant de voir à Nancy un mélange de pierre d’Euville et de Jaumont dans ce quartier…

  • jean claude écrit :

    …. le » tout le monde » n’est pas de moi mais de Lepage MamLéa, je n’aurais pas cette prétention

    une belle question quizz, on en redemande

    cordialement à tous

  • eglantine écrit :

    MamLéa : la statuette est en pierre de Jaumont ?

  • François (auteur du billet) écrit :

    Merci Jean-Claude pour cette explication.
    Effectivement, cette statuette très amusante date de la construction du palais ducal ;-) mais elle n’est pas en pierre de Jaumont, seule la statue du Duc Antoine ainsi que le blason des Ducs de Lorraine, refaits au XIX° sur la porterie sont en pierre de Jaumont.
    A priori c’est une patine sur la pierre qui a été appliquée (la teinte beige déborde sur la pierre du mur également), n’oublions pas non plus que dans les temps anciens, les pierres de Nancy venaient de toutes les carrières environnantes et qu’autour de Nancy certaines contiennent du fer et donc sont assez ocres (c’est surtout visible pour la place de la Carrière), les pierres blanches du palais seraient probablement de la pierre de Sorcy, tout comme la Cathédrale de Toul !

  • jean claude écrit :

    bonjour,

    Le singe cordelier au-dessus de la porte Masco est (difficilement) visible sur la planche « vue de l’ensemble du cortège funèbre » du très bel ouvrage des « Pompes funèbres du Duc de Lorraine ». L’ouvrage du 17ème siècle par Claude de la Ruelle, Mérian, Brentel appartient à la bibliothèque de l’INHA et est accessible à :
    http://bibliotheque-numerique.inha.fr/collection/6185-pompes-funebres-du-duc-de-lorraine/?n=1
    On y verra aussi la statue originale du Duc Antoine par Mansuy Gauvain réalisée en 1511 en pierres de Savonnières, statue détruite en 1792 par la municipalité et refaite par Jiorné Viard ; le singe cordelier actuel est-il l’original ?
    bonne journée

  • jean claude écrit :

    Désolé François,
    ma question arrive trop tard sur mon commentaire et ma question précédents; votre commentaire du 03 ne m’étant apparu qu’après !
    le singe serait donc bien l’original
    cordialement

  • François (auteur du billet) écrit :

    Il me semble de mémoire qu’il a échappé à la révolution, justement parce que comme les gargouilles et éléments décoratifs il évoquait plus le grotesque que le pouvoir ou la religion…
    Il faut que je retrouve où avais-je lu ceci ;-)
    Concernant la pompe funèbre de Charles III, l’INHA possède un exemplaire sur la 30ne qui doivent exister. Il me semble de mémoire que la BM de Metz en possède également un exemplaire complet. La qualité des gravures est remarquable et cet ouvrage peut-être considéré comme une véritable hagiographie du Duc de Lorraine. Ne disait-on pas à l’époque
    “que le couronnement d’un empereur à Francfort,
    le sacre d’un roi de France à Reims,
    et l’enterrement d’un duc de Lorraine à Nancy
    sont les trois cérémonies les plus magnifiques qui se voient en Europe. »

  • jean claude écrit :

    si l’on en croit le C. Pfister (tome 2), mais ?

    Concernant les gargouilles:
    « Aucune des anciennes gargouilles ne se retrouve sur la façade actuelle ; elles ont
    été remplacées par d’autres moins hardies dans leur fantaisie, qui ont moins
    d’outrance en leurs grimaces, qui sont aussi plus habillées (on leur a mis
    des caleçons). »

    Concernant l’écusson et la statue d’Antoine:
    « Le 17 septembre 1791, le corps municipal
    ordonna la suppression des sculptures armoriées 3 et, en vertu de cet arrêté,
    l’écusson fut martelé pour être rétabli au 19ème siècle. »
    « La statue d’Antoine, comme celle de
    René II, sur la place Saint-Èvre, fut abattue dès le mois de septembre 1792
    par les ordres de la municipalité, conformément à la loi du 14 août. »

    bien cordialement

  • François (auteur du billet) écrit :

    Le « Rapport [...] sur les monuments historiques des arrondissements de Nancy et de Toul » par M. de Beuzelin (1837) parle entre autres, de la porte Masco, de la destruction de la statue du Duc Antoine et du blason en 1793, et décrit en « haut d une tige fleuronnée un singe habillé en cordelier ». Le rapport datant de 1837, et donc avant la restauration du palais ducal, semble donc prouver que le singe était encore en place après la Révolution. Les gargouilles ont probablement été remplacées après l’incendie de 1871.

  • jean claude écrit :

    Merci François pour ces ultimes précisions

  • François (auteur du billet) écrit :

    C’est toujours intéressant d’effectuer ce genre de petite enquête historique !
    Au plaisir d’une prochaine.

Laissez votre commentaire !

» Ajoutez votre photo à côté de votre commentaire! Pour enregistrer votre "avatar", cliquez ici.