Accueil » Balades en famille, Des Lorrains remarquables!, En plein air, Histoire et culture régionale, Patrimoine

TOURISME MEMORIEL ?

Ecrit par 13 mai 2015 1 commentaire

Et pourquoi pas ?  Les Vosges recèlent de nombreux lieux où souffle encore le vent qui a accompagné la fin de la Deuxième Guerre mondiale et où se dressent des stèles rappelant le sacrifice de tous ceux qui ont participé à la Libération.

 

Corcieux et ses alentours sont de ces lieux. Chacun peut parcourir ces chemins autrefois foulés par les maquisards qui se sont soulevés dans la nuit du 5 au 6 juin 1944. Nous sommes là dans ce qui se nomme « le Vercors vosgien ».

 

Un message de la BBC : « Croissez roseaux, bruissez feuillages. Je porterai l’églantine. » Le maquis de Corcieux se met en branle. Attaquer des garnisons, se livrer à des sabotages afin de gêner les mouvements des troupes ennemies, … voilà les objectifs. Au final, 10 000 soldats allemands qui auraient dû faire mouvement vers les plages du débarquement sont  ainsi « fixés » dans les forêts forfelaises.

 

La répression est sauvage. La moitié des maquisards au moins paie de sa témérité. Il reste des stèles et des monuments. Des noms. En montant vers le col des Arrentès-de-Corcieux, à la sortie du bourg, discret dans la verdure qui lui sert d’écrin, le monument des Fusillés (une rue de Corcieux porte ce nom). Sur le chemin menant au lieu-dit « Clair Sapin », un panneau explicatif et une stèle. Henri Marchal, âgé de 15 ans a été tué ici … Ailleurs, d’autres stèles, d’autres noms, d’autres panneaux explicatifs. Pour la mémoire.

 

Les rues mêmes de Corcieux hurlent le souvenir des atrocités subies par les populations. Il n’est que de voir l’architecture des maisons. Ressemblant à ce que l’on voit dans la rue Thiers à Saint-Dié-de-Vosges, ces maisons ont un style bien particulier : celui des reconstructions d’après-guerre. Villages incendiés, fermes détruites … Le lance-flammes partout a semé la désolation. Tout réclame le recueillement et le respect.

 

Que cela pourtant ne fasse pas oublier que l’on est dans un pays apprécié des promeneurs, des amoureux de la nature. Ainsi, au-delà du site de Clair Sapin se trouve la Tête de Nayemont. Il faut se hâter d’y aller car la végétation prend possession de ces lieux et il devient difficile d’apprécier pleinement le panorama. On peut toutefois se rendre sur le site

http://www.thomasdevarddesign.com/visite-virtuelle-tete-de-nayemont-752

pour avoir une folle envie d’ajouter au tourisme mémoriel un tourisme de loisir dans l’air pur des Vosges.

 

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

1 commentaire »

  • jean hugues Blondel écrit :

    je prépare un travail pour les « amis du patrimoine de Darney » sur le combat de Darney le 19 juin 1940…. vous lisez bien le 19 juin, le propre des vrais héros c’est qu’ils ne font pas attention aux dates… cordialement
    JHB

Laissez votre commentaire !

» Ajoutez votre photo à côté de votre commentaire! Pour enregistrer votre "avatar", cliquez ici.